Accueil

Le Cobaye: toutes les informations de base

Accueil Chinchilla
Conseils
Reproduction
Informations Générales
Galerie Photo
Annuaire du Net
Annuaire Eleveurs
Calendrier Expo
Annonces Gratuites
Livres Bibliothèque
Maladies Santé
Accès par Espèce
Boutique du Chinchilla

 

     

Les conseils du
Dr Mary!

craquant ?
      Mon premier chinchilla...
A qui le conseiller...
Comment le choisir ?
Un chinchilla a la maison...
Un animal propre...
Mangez des pommes...
Et la vitamine C...
Avec les autres animaux...
La première visite chez le vétérinaire...
     

 

Mon premier chinchilla...
J’ai eu la chance de voir naître (enfin presque, à quelques minutes) mon petit bout de chou... Patchouli. Et j’ai craqué. Il était tellement curieux et intrépide qu’au bout de 48 h je l’avais déjà dans les mains en train de me tripoter les doigts. De longues discussions entre lui et sa maman m’ont fait comprendre qu’il y avait un fort potentiel de communication et de complicité.
Longtemps élevé pour sa fourrure (en suédois, son nom signifierait “peau du Chili”), sa gentillesse et sa douceur lui ont ouvert une nouvelle issue : celle de l’animal de compagnie. Sa couleur originelle est le gris fer. Il en existe beaucoup d’autres, du blanc au noir, en passant par le marron ou même le violet.


A qui le conseiller...
C’est un animal délicat et je dirais presque réservé aux adultes. Il est à déconseiller aux enfants de moins de 14 ans. S’il vous plaît, avant de sauter le pas, posez vous ces questions:
- avec de bons soins, il peut vous accompagner pendant 10 à 15 ans, êtes vous prêt à vous engager pour aussi longtemps?
- l’investissement de départ peut devenir très important (cage immense, prix d’achat...), il ne s’agit pas de faire des économies en disant “on verra plus tard” au détriment de son confort,
- aurez vous le temps de le sortir, sous surveillance, de lui donner son bain quotidien, de respecter son rythme de vie sans lui imposer le votre?
Lisez ce qui suit et reposez vous toutes ces questions.


Comment le choisir ?
Déjà, inutile de vous précipiter dans l’animalerie ou chez l’éleveur en début d’après-midi. Crépusculaire, vous vous ferez plus facilement une idée vers 18 -19 h.
Regardez la cage et cherchez d’éventuels signes de diarrhée. Le chinchilla doit avoir les “fesses” propres.
Son bout de nez et le tour de ses yeux ne doivent pas couler et vous ne voyez pas de croûtes. Observez-le un instant et regardez s’il n’éternue pas.
Le pelage doit être doux et soyeux, sans croûte ni de dépilation, homogène (des trous dans la fourrure peuvent être non seulement un signe de pathologie mais aussi un signe de stress).
Il peut être craintif, peureux ou très “survolté”, par contre, il est indiscutablement curieux.
“Faut qu’je goûte” devrait être sa devise. S’il a envie de vous faire les ongles à travers les barreaux de sa cage, c’est quand même bon signe.

Vous pouvez très bien choisir de n’avoir qu’un chinchilla. Si vous décidez d’avoir un couple, pensez bien à l’avenir des petits. Il est facile d’acclimater de jeunes chinchillas ensemble (quelque soit le sexe). Il est beaucoup plus dur d’essayer de former un couple avec des adultes. La femelle impose souvent son avis quand à son futur partenaire.
Dans un groupe, il faut faire très attention lors de l’introduction d’un nouvel individu. Les femelles peuvent se montrer particulièrement violentes envers une nouvelle. Elles peuvent ne pas se contenter d’envoyer un jet d’urine (réaction classique d’une femelle en colère ou apeurée) mais en venir à des morsures (dont les conséquences sont parfois irréparables). Pour toute nouvelle arrivée, je vous renvoie à la page correspondante du site qui indique la marche à suivre, dans les “Infos Utiles”.


Un chinchilla a la maison...
Pour un seul animal, une cage de 40x70 cm et surtout 65 cm de haut peut devenir un environnement très confortable. Mais attention, c’est à condition que vous pouviez le sortir pour qu’il se défoule dans une grande pièce (toujours sous surveillance, de préférence avec un minimum de cachettes et de fils électriques accessibles) au moins une fois par jour. Ceci est un strict minimum.
Les dimensions les plus souvent citées pour un animal seul sont de 50x80 cm et 1 m de haut. Elle permet d’y installer une maison où il trouvera intimité et tranquillité.
Elle aura des étagères pour grimper et sautiller. Une mangeoire solidement fixée permettra de lui laisser du foin à volonté sans que celui-ci ne soit souillé. Une gamelle en céramique (lourde et difficilement renversable) ou en métal (évitez tous les accessoires en plastique à l’intérieur de la cage) vous servira pour la distribution quotidienne de ses granulés.

La litière idéale est celle qui absorbera le mieux les odeurs en même temps que l’urine. Préférez les copeaux de bois non parfumés ou les litières végétales, faciles à nettoyer. Évitez tout ce qui peut moisir facilement, comme la paille qui peut en plus véhiculer des acariens et autres petits insectes, ainsi que les litières minérales pour chat. Il convient de la changer 1 à 2 fois par semaine.
rmq: Autant j’ai mon lapin sur copeaux, autant j’ai opté pour un mélange litière végétale - copeaux en ce qui concerne mon chinchilla. Les urines sont parfaitement bien absorbées et la fine couche de copeaux rend le sol moins dur.

La cage doit être placée dans un endroit exempt de tout courant d’air. Le chinchilla apprécie la compagnie. Ne l’isolez pas non plus dans une pièce où il ne verra personne. Ça ne le dérangera pas vraiment dans la journée (de toute façon, il dort) mais le soir... il sera malheureux comme tout. Il faut éviter la proximité directe avec une baie vitrée car la température montre très vite et il risque de mourir d’un coup de chaleur.
Certaines cages sont naturellement surélevées par rapport au sol. Si ce n’est pas le cas, placez-là sur une table à votre hauteur. Je trouve que ça facilite d’autant plus les contacts avec son animal.
Quand on a de l’espace et un petit peu le sens du bricolage, une alternative consiste à acheter une volière pour oiseaux. Elle est plus vaste qu’une cage “spécial chinchilla” et beaucoup moins chère en proportion.

Suite ->

Un animal propre...
Et c’est peu de le dire car il a besoin de prendre un bain tous les jours. Oui, bon, je sais, ce n’est pas de l’eau... mais c’est indispensable à son bien être.
Il prend un bain de sable. Ce n’est pas le sable de nos belles plages mais un quartz très fin vendu pour cet usage.
Le bain ne doit pas être laissé en permanence dans la cage, en dehors des périodes de repas, et de préférence, quand il s’est bien défoulé après son exercice quotidien.
Mettez le bain dans sa cage. Il en a pour une dizaine de minutes, puis retirez-le.
rmq: Ne pas faire prendre de bains au femelles en gestation pendant au minimum la semaine qui précède la mise bas et celle qui la suit.


Mangez des pommes...
Ce pourrait être son slogan également.
Il apprécie énormément ce fruit. Mon chinchilla l’aime encore plus que tout le reste. Le simple fait d’entendre le couteau qui pelle la pomme et il rentre en ébullition (il faut éviter les pommes acides type Grany et préférer par exemple, une Grise du Canada ou une Golden).
Mais ce n’est pas l’aliment principal. C’est juste la friandise qui ne le fera pas grossir.
Il lui faut des fibres, surtout des fibres. Beaucoup de foin et des granulés pour chinchilla (j’ai tendance à proscrire les mélanges car le chinchilla prend rapidement l’habitude de trier, et pas forcément pour son bien).
Ah c’est sûr, ça ne fait pas des gamelles à priori très attrayantes tous ces granulés verts mais tout le reste n’est que superflu qui pourrait nuire à sa santé. Un chinchilla adulte en consomme entre 20 et 30g par jour.
En plus, de temps en temps, vous pouvez lui donner des légumes et des fruits séchés.
Le maïs sec par exemple est une bonne source de vitamine A. Il aime également les fruits d’églantier séchées (stimulant du transit de surcroît), la caroube séchée, les racines de pissenlit séchées (proposées dans la gamme des Chinchilla du Terroin, qui sont très appréciées et en plus hypocaloriques)...

Le biberon, accroché à l’extérieur de la cage, doit toujours être plein et permet de garder l’eau propre à l’abri de la poussière et des souillures.

Le bois laissé dans la cage pour faire grimpette aura une double utilisation, échelle et lime à dents (car, comme chez tous les rongeurs, elles sont à croissance continue). Les essences à privilégier sont le saule, le noisetier, les branches d’arbres fruitiers non traités, et le tout ne sera donné que parfaitement sec, sans bourgeon ni feuille et préalablement brossé.
.

Et la vitamine C...
On a longtemps cru que tout comme le cobaye, le chinchilla était carencé naturellement en vitamine C. On sait maintenant que ce n’est pas le cas. Cependant, un petit supplément de temps en temps (pendant la croissance par exemple) ne fait pas de mal. Personnellement, je la lui donne sous forme d’un comprimé qui lui donne vitamine C et Calcium à raison d’un comprimé par semaine. On peut également apporter les minéraux sous la forme d’une pierre à lécher, vendue à cet usage dans les animaleries. Ensuite, à vous de voir laquelle il préfère.
L’apport en calcium est un point important chez le chinchilla. Les besoins sont accrus en période de croissance, en gestation, en lactation (ce sont des moments où la complémentation devra être envisagée avec sérieux) mais semblent relativement important pendant toute la vie de l’animal. Les dents sont naturellement oranges. L’apparition de taches blanches ou de décolorations semble être un indicateur intéressant d’un début de carence calcique.


Avec les autres animaux...
Il est inutile d’espérer le faire cohabiter dans la même cage avec un autre rongeur. Le seul avec qui cependant il existe une expérience positive, c’est l’Octodon. A l’état sauvage, ils fréquentent le même milieu, le chinchilla ayant colonisé les cimes et le dègue ayant creusé le sol. Mais pour que ça fonctionne, il faut une cage aux dimensions bien supérieure à celles évoquées plus tôt..

La première visite chez le vétérinaire...
Elle ne doit pas forcément se faire le premier jour car le chinchilla n’est déjà pas vraiment rassuré d’avoir déménagé. Il vaut mieux qu’il soit en confiance. Cette visite peut vous permettre de vous rassurer sur son état de santé si c’est nécessaire, mais surtout de bien confirmer son sexe. Il n’y a pas de vaccination à faire si l’animal ne franchit pas de frontière.

Dernières modifications : Sam 9 fév 2002


Haut de Page î

 


Lapin Nain, Cochon d'Inde, Hamster, Hamsters nains, Chinchilla, Rat, Souris, Gerbille, Octodon, Ecureuil de corée, Chien de Prairie
@ Contacter les @uteurs/ Annonceurs / Dossier Medias / Bannieres / Autocollants / Stats / Boutique
FaceBook
FaceBook
Copyright: RongeurS.net - reproduction interdite